Les capteurs de position en «réalité virtuelle»

Les capteurs de position en «réalité virtuelle»

Pour nous faire voir la «réalité virtuelle», l’ordinateur doit faire la synthèse d’images tridimensionnelles suffisamment réalistes pour que l’utilisateur se sente immergé dans cet environnement. L’ordinateur doit donc disposer d’informations sur les positions de la tête, des yeux, des mains et quelquefois du corps tout entier du sujet. Les capteurs les plus fréquemment utilisés sont des capteurs électromagnétiques qui détectent en permanence la position et l’orientation du corps sur lequel ils sont fixés. Ces données analogiques sont converties en données numériques qui sont utilisées par l’ordinateur pour calculer le plus rapidement possible les images de synthèse. Les capteurs les plus utilisés sont le visiocasque et le gant de données.

Le visiocasque

Le visiocasque (Head Mounted Display) permet à l’ordinateur de connaître les positions de la tête (et quelquefois des yeux) et de générer, sur deux minuscules écrans, une image qui «réagit» aux mouvements. Le casque est aussi équipé d’écouteurs stéréo.

Découvrir :  Faut-il investir dans un bras articulé ?

Le gant de données

Le gant de données (Data-Glove) permet de capter les positions de la main et des doigts dans l’espace virtuel.

La combinaison

Dans le cas d’une immersion totale, on utilise en plus une combinaison (Data-Suit) munie de capteurs qui permet de connaître la position spatiale du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.