Connaissez-vous la différence entre les émoticônes et les emojis ?

Image de : Connaissez-vous la différence entre les émoticônes et les émojis ?

 

Vous discutez avec quelqu’un via les réseaux sociaux et tout à coup, votre ami vous envoie une photo d’un visage souriant. Pouvez-vous dire si c’est une émoticône ou un emoji ? Bien que beaucoup de gens pensent que les termes font référence à la même chose, la vérité est que les mots font référence à des concepts assez différents.

Le moment est venu de clarifier cette question. Les émoticônes ont été créées en 1982 par l’Américain Scott Fahlman, qui travaillait à l’époque pour l’Université Carnegie Mellon. En tant qu’utilisateur d’un système de communication en ligne très rudimentaire – une sorte de prédécesseur à distance de WhatsApp – Fahlman a proposé à ses amis de l’institution de commencer à utiliser un 🙂 pour indiquer des messages comiques et 🙁 pour représenter des messages sérieux.

S’étant rapidement répandus à travers l’université et plus tard dans le monde entier, ces petits visages ont été surnommés une émoticône, un portemanteau des mots émotion et icône. Autrement dit : une émoticône est une représentation graphique d’une émotion faite à travers les caractères dont vous disposez sur votre clavier, et rien de plus. Ils étaient (et sont toujours) beaucoup utilisés dans des endroits où vous ne pouvez utiliser que du texte pour communiquer.

Découvrir :  Guide d'achat : bien choisir ses enceintes home cinéma

Scott Fahlman affiche une émoticône légitime sur son écran d’ordinateur

L’évolution des émoticônes

Les emojis, quant à eux, peuvent être considérés comme une évolution des émoticônes et sont beaucoup plus récents. Ils ont été créés dans les années 1990 par NTT DoCoMo, considéré comme la plus grande société de téléphonie mobile au Japon.

La grande différence est que les émoticônes sont faites de manière improvisée, en utilisant des caractères communs que nous utilisons habituellement au quotidien, alors que les emojis sont des designs originaux et inédits, traités comme des extensions du jeu de caractères occidental utilisé dans la plupart des systèmes d’exploitation aujourd’hui (le fameux Unicode). , ainsi que des caractères chinois, coréens et japonais. C’est, d’une part, une mauvaise chose, car votre logiciel doit être compatible avec un certain caractère inédit pour l’afficher correctement.

C’est pourquoi parfois les emojis que votre ami vous envoie sont remplacés par des carrés blancs – cela signifie que l’appareil ou le programme que vous utilisez n’a pas été mis à jour pour prendre en charge ce caractère. Aussi, chaque entreprise peut décider de sa propre interprétation d’un code, c’est pourquoi il y a tant de différences entre les emojis « danseur », « sourire » et « pouce en l’air » entre Android , iOS et Twitter , par exemple.

Découvrir :  Kindle e-readers, ebook ... Supports des livres électroniques

Chaque système interprète différemment le même emoji

une curieuse inspiration

L’histoire des emojis est également curieuse. Sa création est attribuée à l’informaticien Shigetaka Kurita, qui travaillait dans l’équipe de développement d’i-mode, le premier service Internet mobile au monde. L’Asiatique était basé sur les icônes utilisées dans les prévisions météorologiques pour indiquer si le jour est pluvieux ou ensoleillé, ainsi que sur les symboles utilisés dans les mangas pour exprimer des sentiments et des actions.

C’est l’une des raisons pour lesquelles on voit aujourd’hui de nombreux émojis représentant la culture japonaise, comme un bol de ramen ou un masque de tengu (créature démoniaque très célèbre dans la mythologie locale). Le premier ensemble d’emojis se composait de 176 symboles distincts, chacun avec une résolution de 12 pixels.

Shigetaka Kurita, l’inventeur des emojis

Kaomojis : la façon japonaise de fabriquer des émoticônes

Il convient de mentionner ici une petite curiosité : il existe encore un type spécifique d’émoticône qui est populairement connu sous le nom de kaomoji. Nées au Japon, ces représentations se caractérisent par une grande complexité et se lisent également horizontalement, et non verticalement, comme les émoticônes traditionnelles. Nous parlons de symboles célèbres comme le (*_*) et de symboles plus élaborés, comme les exemples ci-dessous.

Découvrir :  Top 5 des meilleurs Smartphones à longue autonomie

Il est intéressant de noter que, comme dans d’autres arts japonais, les yeux sont le point culminant des kaomojis, tandis que la bouche est la partie la plus importante des émoticônes. Un point négatif dans cet aspect japonais est qu’il est souvent nécessaire d’utiliser des caractères non présents dans l’encodage ASCII (comme les lettres de l’alphabet cyrillique), qui est utilisé dans les ordinateurs et les systèmes d’exploitation occidentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.